La pratique de l’Aïkido

L’Aïkido


L’aïkido (合気道) est un art martial japonais (budo), fondé par Morihei Ueshiba O sensei entre 1925 et 1969.

L’aïkido se compose de techniques avec armes et à mains nues utilisant la force de l’adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. Ces techniques visent non pas à vaincre l’adversaire, mais à réduire sa tentative d’agression à néant. Il n’existe pas de compétition d’aïkido.

Le terme Aïkido

Le terme aïkido est composé de trois kanjis signifiant :

  • ai : harmonie
  • ki : énergie
  • dō : la voie

Aïkido peut donc se traduire par « la voie de l’harmonie des énergies ».

Présentation de l’Aïkido

L’aïkido est pratiqué par des femmes et des hommes de toutes tailles et âges. Le but de la pratique est de s’améliorer, de progresser (techniquement, physiquement et mentalement) dans la bonne humeur (le fondateur Morihei Ueshiba insistait beaucoup sur ce point). Ne sont montrées que des techniques respectant le partenaire. La complexité de cet art demande un haut niveau de pratique dans son utilisation en combat réel. S’il est vrai que les techniques de base reposaient sur des pratiques académiques classiques et étaient ada

ptées à un style combatif, il reste que l’aïkido n’est pas une pratique pour apprendre à se battre mais un art martial qui permet de se préparer, autant physiquement (souplesse, rapidité, musculature), mentalement (rester calme en toutes circonstances) que techniquement (respecter la distance de sécurité, trouver l’ouverture, se placer, gérer plusieurs attaques simultanées) à l’éventualité d’attaques de toutes sortes (et pas seulement des attaques codifiées). Ce n’est surtout pas un sport, mais une façon d’appréhender l’homme.

MUTOKU, le désintéressement

La sagesse et la compassion ne sont pas des moyens d’obtenir l’illumination mais sont la nature même du BOUDDHA. C’est donc son désinteressement (mu-toku) qui fait du Bodhisattva un être éveillé. De même la pratique de l’Aïkido ne se justifie pas par une course aux grades ni aux titres qui ne fait que renforcer les attachements et va à l’encontre de la nature auto-libératrice de l’Aïkido.

Seule compte la pratique désinteressée, elle seule est libératrice.

Pratique des armes:

Bokken (sabre bois): héritage de la Musō shinden ryū et de la FEI

Jo(baton court) et tanto(couteau en bois)